In the Spotlight: João Gaspar | Étudiant du mois : João Gaspar

Categories : Blog

Posted:

Author:

In the spotlight, this month is João Gaspar who is a Digital Finance Services Driver, Fintech Promoter and Entrepreneur. He is also an Executive Board Member at the Alliance of Digital Finance Associations, and a Community of Practice co-facilitator in Mozambique.

João is a highly skilled and focused engineer with more than 35 years of experience in the IT and Telecommunications Industry, Digital Financial Service Consultancy, Business Definition, Development, Implementation and Support.

 

Tell us about yourself and your career to date

I started my career responsible for the network of ATM, POS terminals and interbank service processor banks in Portugal for 16 years and created a private telecommunications operator for the financial sector that later became part of Portugal Telecom. With the move to Portugal Telecom, I developed a new business unit for the Outsourcing of telecommunications services for bank customers of the national operator Portugal Telecom. Later, I was responsible for the design and implementation of a network of digital financial services supported by proximity retail stores, reaching more than 2000 merchants/agents in the country.

In the last 6 years I have carried out several consulting projects for FSDmoç, Boston Consulting Group, WorldBank, and Finance for Impact, in the areas of interoperability, DFS regulations, business models and tariffs, mobile money payment platforms, and others. 4 years ago I’ve started a FinTech company that became now the first licensed Aggregator and Payment Service Provider in the country and just launched a Mobile Digital Account ecosystem, available to both merchants and consumers, that allows bundling all digital services in one app and make payments with QRcode.

In parallel with this business activity, I was the founder of the association of Fintechs of Mozambique of which I am the chairman and recently also a member of the board of the Alliance of Digital Financial Associations.

 

How did you come to work in digital financial services?

I can perhaps say that in this aspect I was privileged, since my second job, 35 years ago, was immediately in a financial company being recognized worldwide as one of the most innovative interbank switch companies. At SIBS I contributed to its development for over 16 years and I have followed technological advances in digital financial services from the beginning of bank card payments to mobile systems and distributed finance of the present. And it is with great commitment and enthusiasm that I continue to follow and learn about the evolution of technology and business models of the digital economy that constitutes the 4th industrial revolution.

 

Tell us more about your role as a Community of Practice facilitator

As a COP facilitator, I have supported the development of topics for discussion at meetings and launched group challenges to debate the subjects studied and their applicability in the reality of Mozambique. The receptivity of both COP students and the Alumni community has been very positive, and participation is also very interesting, namely in the webinars held between 2020 and 2021 during the Covid-19 pandemic. The webinars and conferences held by the association of FinTech’s also have a strong presence of DFI students, highlighting the last 4 webinars held in April-June of this year where 20% to 30% of the participants are from the Alumni community.

After 4 years of activity as a COP facilitator, I have felt a noticeable growth in the know-how about DFS and the application of this knowledge in their professional activities. This happens both in companies in the financial sector such as banks and FinTech’s, as well as in state bodies linked to the development of rural services for example.

On a personal level, the most rewarding has been the sharing of experiences with the Alumni DFI community and also the interaction with colleagues from digital finance associations and COP facilitators from other countries. This exchange of experience contributes to the strengthening of ideas and proposals for solutions that are presented at meetings, conferences, and webinars to influence changes in laws and policies in favour of the development of digital financial services and financial inclusion.

 

Tell us more about your association, the Mozambique Fintech Association 

Mozambique Fintech Association, or just Fintech.MZ, was an initiative of 12 Fintech entrepreneurs that decided to create such an organization during a startup show at the ITU conference held in Durban in 2018. That year, the first financial technology startups were starting to appear in Mozambique, and some were already developing and testing solutions in the Bank of Mozambique regulatory sandbox. The main motivation was the feeling that it was necessary to create a common voice for the sector so that we could have more impact in the dialogue with regulators, government bodies, and with international associations and funders.

FINTECH.MZ aims to contribute to the Increase of financial inclusion by developing the digital financial ecosystem between FinTech’s and InsureTech’s companies and their interaction with regulators, banks, insurance companies, and government entities, as well as promoting technological and investment relations with international partners.

Although Fintech.MZ was only launched in February 2020, just before the start of the pandemic, we already have some achievements that we consider important, such as: Participation in the launch of the second and third Editions of the BoM regulatory SandBox; Comments and suggestions on draft laws for the financial sector: Tiered KYC, New PSP types and Supervisory Framework, SIM Card Regulation, Position article on electronic payment taxes. In July 2021 we were invited by the bank of Mozambique to join the sub-working groups of the National Financial Inclusion Committee in the areas of Expansion of Financial Access Points; Digital Financial Services; and Payment Interoperability. We also have cooperation agreements with other similar associations and commercial organizations that translate into benefits for our members, such as discounts on access to DFI courses.

 

Are there specific challenges you are tackling today that you would like to highlight to our community?

The great current challenge in the geographical space where I find myself is the economic and social growth of populations based on their financial inclusion through digital technology. Changing habits from using physical money to financial transactions on digital platforms is, for me, the great battle we have to win to build the basis of this digital financial inclusion.

 

How did you come to know DFI, and what have you enjoyed most about your interactions with us?

I made my first contact with DFI through my friend and colleague Profa Esselina Macome who challenged me in 2018 to participate in the first’s cohorts COP sessions as a speaker and then as a co-facilitator. That was also the time when I started my journey through the DFI courses and the CDFP programme. From the first moment, I realized that training in these digital finance matters was essential to raise knowledge within the staff of the various stakeholders in the national financial inclusion process. The gap between what is learned in academia and the skills needed to implement the digital transformation we aim to achieve is huge. Undoubtedly, the courses available in e-learning format and all the involvement generated around them through the activities of the COPs, Alumni Meetings, workshops, and webinars, have contributed to increasing this much-needed and urgent knowledge in DFS.

 

How has your journey with DFI impacted your career

CDFP training, in particular the LDMM, Mobile Money Operations, Cybersecurity, and Marketing in Emergent markets courses, had an important impact on my activity as a consultant and entrepreneur in the Fintech area. Although I already had many years of experience and observation in these matters, the courses undoubtedly helped to consolidate basic concepts, to structure ideas, and to prepare for the launch of the first Fintech licensed in Mozambique that recently started operations in the market. The CDFP training course and the exchange of experience with colleagues from the DFI community have also contributed to the development of some influence actions with regulators and policymakers, such as the position papers on Cloud systems, Open banking, telecommunication costs for financial services, and also the manual of procedures and business models for Bank-to-wallet interoperability and tariff analysis for DFS.

 

What is it that motivates you to continue with the work you are doing?

Undoubtedly, the feeling that there is still much to be done in this space of digital finance and its use to increase the quality of life of populations in these developing economies. It is gratifying and at the same time challenging to realize that we are in a process of growth in the adoption of digital tools and their use to conduct financial transactions. It is necessary to create new services, and models for providing them, as well as innovative business models to reduce the usage costs that lead to greater adoption by users. It is these constant challenges that motivate me at a business level and as an associative person in a sector that has an impact on the digital economy such as FinTech’s.

 

_______________________________________________________________________________________________________

Nous mettons à l’honneur, ce mois-ci, João Gaspar qui est un leader influent de l’industrie de la finance digitale, promoteur de fintech, entrepreneur, membre du Conseil d’Administration de l’Alliance of Digital Finance Associations et co-facilitateur d’une Communauté de Pratique (CoP) au Mozambique.

João est un ingénieur hautement qualifié et spécialisé avec plus de 35 ans d’expérience dans l’industrie de l’informatique et des télécommunications, la consultation dans le domaine des services financiers numériques, élaboration de stratégie commerciale, le développement, le déploiement et le support.

 

Parlez-nous de vous et de votre carrière à ce jour

J’ai commencé ma carrière en tant que responsable du réseau de guichets automatiques, de terminaux de point de vente et du traitement monétique interbancaire au Portugal pendant 16 ans et j’ai créé un opérateur de télécommunications privé pour le secteur financier qui est devenu plus tard partie intégrante de Portugal Telecom. Suite à l’intégration avec Portugal Telecom, j’ai développé une nouvelle unité commerciale pour l’externalisation des services de télécommunications pour les clients bancaires de l’opérateur national Portugal Telecom. Plus tard, j’ai été responsable de la conception et du déploiement d’une gamme de services financiers numériques soutenus par des magasins de détail de proximité, atteignant plus de 2.000 commerçants / agents dans le pays.

Au cours des 6 dernières années, j’ai effectué plusieurs missions de conseil pour FSDmoç, Boston Consulting Group, la Banque Mondiale et Finance for Impact, dans les domaines de l’interopérabilité, de la réglementation des services financiers numériques, des modèles commerciaux et des tarifs, des plateformes de paiement Mobile Money, etc. Il y a 4 ans, j’ai créé une société FinTech qui est devenue le premier agrégateur et fournisseur de services de paiement agréé dans le pays et je viens de lancer un écosystème de comptes numériques mobiles, disponibles pour les commerçants et les consommateurs, ce qui permet de regrouper tous les services numériques dans une seule application et d’effectuer des paiements par QRcode.

Parallèlement à ces affaires, je suis le fondateur de la Mozambique Fintech Association dont je suis le Président et plus récemment j’ai été élu membre du Conseil d’Administration de l’Alliance of Digital Finance Associations.

 

Comment en êtes-vous venu à travailler dans les services financiers numériques?

Je peux peut-être dire que sur cet aspect, j’ai eu de la chance, puisque mon deuxième emploi, il y a 35 ans, a été immédiatement dans une société financière reconnue dans le monde entier comme l’un des opérateurs de switch interbancaire les plus innovants. Chez SIBS, j’ai contribué à son développement pendant plus de 16 ans et j’ai suivi les avancées technologiques dans les services financiers numériques depuis le début des paiements par carte bancaire jusqu’aux systèmes mobiles et à la finance distribuée d’aujourd’hui. Et c’est avec beaucoup d’engagement et d’enthousiasme que je continue à suivre et à apprendre l’évolution de la technologie et des modèles d’affaires de l’économie numérique qui constitue la 4ème révolution industrielle.

 

Parlez-nous de votre rôle en tant que facilitateur de Communauté de Pratique (CoP)

En tant que facilitateur d’une Communauté de Pratique (CoP), j’ai soutenu la préparation de sujets de discussion lors de réunions et lancé des défis de groupe pour débattre des sujets étudiés et de leur applicabilité dans le contexte du Mozambique. La réceptivité des étudiants participants à la CoP et de la communauté des alumni a été très positive et la participation était également très intéressante, notamment dans les webinaires organisés entre 2020 et 2021 pendant la pandémie de Covid-19. Les webinaires et conférences organisés par la FinTech Association ont également une forte présence d’étudiants DFI, mettant en évidence les 4 derniers webinaires tenus en avril-juin de cette année où 20% à 30% des participants sont issus de la communauté des anciens étudiants.

Après 4 ans d’activité en tant que facilitateur CoP, j’ai ressenti un renforcement notable du savoir-faire sur les services financiers numériques et l’application de ces connaissances dans leurs activités professionnelles. Cela se produit à la fois dans les entreprises du secteur financier telles que les banques et les FinTech, ainsi que dans les organismes publics liés au développement des services ruraux par exemple.

Sur le plan personnel, le plus gratifiant a été le partage d’expériences avec la communauté des anciens étudiants DFI et l’interaction avec des collègues d’associations de professionnels de la finance digitale et des facilitateurs CoP d’autres pays. Cet échange d’expériences contribue au renforcement des idées et des propositions de solutions présentées lors de réunions, de conférences et de webinaires pour influencer les changements dans les lois et les politiques en faveur du développement des services financiers numériques et de l’inclusion financière.

 

Parlez-nous de votre association, la Mozambique Fintech Association

Mozambique Fintech Association, ou tout simplement Fintech.MZ, était une initiative de 12 entrepreneurs Fintech qui ont décidé de créer une telle organisation lors d’un salon des startups à la conférence de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) qui s’est tenue à Durban en 2018. Cette année-là, les premières startups de technologie financière commençaient à apparaître au Mozambique, et certaines développaient et testaient déjà des solutions dans le bac à sable (sandbox) réglementaire de la Banque du Mozambique. La principale motivation était le sentiment qu’il était nécessaire de parler d’une voix commune pour le secteur afin que nous puissions avoir plus d’impact dans le dialogue avec les régulateurs, les organismes gouvernementaux et avec les associations et les bailleurs de fonds internationaux.

FINTECH. MZ vise à contribuer à l’amélioration de l’inclusion financière en développant l’écosystème financier numérique entre les entreprises FinTech et InsureTech et leur interaction avec les régulateurs, les banques, les compagnies d’assurance et les entités gouvernementales, ainsi qu’en promouvant les relations technologiques et d’investissement avec les partenaires internationaux.

Bien que Fintech.MZ n’ait été lancé qu’en février 2020, juste avant le début de la pandémie, nous avons déjà quelques réalisations que nous considérons importantes, telles que: nos participations au lancement des deuxième et troisième éditions du SandBox réglementaire de la Banque Centrale du Mozambique (BoM); nos contributions sous forme de commentaires et suggestions sur les projets de loi pour le secteur financier, le  KYC proportionnel, les nouveaux types de prestataires de services de paiement et le cadre de surveillance, réglementation des cartes SIM ; notre plaidoyer sur les taxes sur les paiements électroniques. En juillet 2021, nous avons été invités par la Banque Centrale du Mozambique à rejoindre les sous-groupes de travail du Comité National d’Inclusion Financière dans les domaines de l’expansion des points d’accès financiers ; Services financiers numériques; et interopérabilité des paiements. Nous avons également des accords de coopération avec d’autres associations et organisations commerciales similaires qui se traduisent par des avantages pour nos membres, tels que des réductions sur les inscriptions aux cours DFI.

 

Y a-t-il des défis spécifiques que vous abordez aujourd’hui et que vous aimeriez souligner à notre communauté ?

Le grand défi actuel dans l’espace géographique où je me trouve est la croissance économique et sociale des populations basée sur leur inclusion financière grâce à la technologie numérique. Changer les habitudes de l’utilisation de l’argent liquide aux transactions financières sur les plateformes numériques est, pour moi, la grande bataille que nous devons gagner pour construire la base de cette inclusion financière numérique.

 

Comment avez-vous connu DFI et qu’est-ce qui vous a le plus plu dans vos interactions avec nous ?

J’ai établi mon premier contact avec DFI par l’intermédiaire de mon amie et collègue Profa Esselina Macome qui m’a mis au défi en 2018 de participer aux sessions de la Communauté de Pratique (CoP) des premières cohortes en tant que conférencier puis en tant que co-facilitateur.    C’est aussi à ce moment-là que j’ai commencé mon parcours à travers les cours DFI et le programme CDFP. Dès le premier instant, j’ai réalisé que la formation sur ces questions de finance digitale était essentielle pour accroître les connaissances au sein du personnel des différentes parties prenantes du processus national d’inclusion financière. L’écart entre ce qui est appris dans le milieu universitaire et les compétences nécessaires pour mettre en œuvre la transformation digitale que nous visons à réaliser est énorme. Sans aucun doute, les cours disponibles en format e-learning et toute l’implication générée autour d’eux à travers les activités des Communautés de Pratique (CoP), des réunions d’anciens étudiants, des ateliers et des webinaires, ont contribué à accroître ces connaissances indispensables et urgentes dans les services financiers numériques.

 

Quel a été l’impact de votre parcours au sein de DFI sur votre carrière ?

La formation CDFP, en particulier les cours « Les principaux marchés de la monnaie électronique », « Les opérations de Mobile Money », «la cybersécurité  » et « le Marketing dans les marchés émergents », a eu un impact important sur mon activité de consultant et d’entrepreneur dans le domaine Fintech. Bien que j’avais déjà de nombreuses années d’expérience et de recul dans ces domaines, les cours ont sans aucun doute aidé à consolider les concepts de base, à structurer les idées et à préparer le lancement de la première Fintech sous licence au Mozambique qui a récemment commencé ses opérations sur le marché. La formation CDFP et l’échange d’expériences avec des collègues de la communauté DFI ont également contribué à l’élaboration de certaines actions d’influence auprès des régulateurs et des décideurs, telles que les plaidoyers écrits sur les systèmes cloud, les systèmes bancaires ouverts (open banking), les coûts des télécommunications pour les services financiers, ainsi que le manuel des procédures et des modèles commerciaux pour les banques à interopérabilité du portefeuille et analyse de la tarification des services financiers numériques .

 

Qu’est-ce qui vous motive à poursuivre le travail que vous faites?

Sans aucun doute, le sentiment qu’il y a encore beaucoup à faire dans cet espace de la finance digitale et son utilisation pour améliorer la qualité de vie des populations de ces économies en développement. Il est gratifiant et en même temps difficile de réaliser que nous sommes dans un processus de croissance dans l’adoption des outils numériques et leur utilisation pour effectuer des transactions financières. Il est nécessaire de créer de nouveaux services et de nouveaux modèles pour les fournir, ainsi que des modèles commerciaux innovants pour réduire les coûts d’utilisation qui conduisent à une plus grande adoption par les utilisateurs.

Ce sont ces défis constants qui me motivent au niveau de mon entreprise et en tant que personne associative dans un secteur qui a un impact sur l’économie numérique comme les FinTech.