COVID-19 | Official online Resource and News Portal. For more information, visit www.sacoronavirus.co.za

Five Years of Impact and Building an Inclusive Digital Finance Profession

 

Over the last five years DFI has been working hard to build an Inclusive Digital Finance Profession distinct from banking. We have established a robust portfolio of 22 courses for the professionals who wants to distinguish themselves as a Certified Digital Finance Practitioners. This course portfolio has been complemented by communities of practices that have been established across 21 locations. We knew that we were onto something good as we saw our knowledge bank and communities grow but we had to measure this impact objectively so undertook a project to measure our impact as a capacity-building institution.

 Our scope for measuring our impact is on the places and the people to whom we provide our courses and so we asked our students to take surveys at the end of each courseIn these surveys, we asked them how they found our course content, our instructors, and coaches amongst other valuable insights. In addition to surveying students before and after training we also commissioned third-party monitoring and evaluation exercises each year for the last three years to measure the impact of our courses on practitioners, organizations and even countries that take our courses. These monitoring and evaluation exercises included analysis of survey data, in-person focus groups of alumni, employers and sectoral players, and remote one-on-one interviews. We are proud of the findings as they show that our courses are doing what they were intended to do and even more.  

 

Our findings

In these monitoring and evaluation exercises, students consistently rated DFI courses highly, citing improved knowledge about digital financial services; increased awareness of international examples and opportunities in the wider sector; increased confidence in their ability to use their knowledge to participate in conversations and apply what they have learnt inside workplaces or communities of practice. 

 Through six case studies on two countries and four institutions involved in Digital Finance in Africa we have gotten first-hand feedback on the indicators of success mentioned above.  The two country case studies were on Zambia and Uganda, while Bangladesh Bank, Bank of Kigali, MTN, and Accion were selected for institution case studies. All the case studies revealed a common thread regarding the value that institutions and countries (to be referred to as DFS actors) were seeking to gain by partnering with DFI.  

The DFS actors were looking to see financial inclusion in their contexts i.e., access and usage of quality financial services as an enabler of development goals. Secondly, they were seeking capacity building in the role players i.e. professionals, regulators, product developers etc within the Digital finance Services sector that would allow for transformation and innovation to keep up with a rapidly developing Digital Finance Sector. From the M&E research results, it is evident that DFI has had a positive impact on all five case studies. Through capacity building DFI has managed to facilitate and enable far more inclusive financial services as well as enable rapid transformation in the sector.   

 

At the practitioner level, across all five case studies the impact of DFI has been reported by the course participants as the following:  

  • Contributed to practitioner knowledge e.g., understanding the complexities and evolution of the DFS market clearly as well as the technical aspects of their jobs. This has led to improved confidence and competence in the DFS professional as well as a refined language around DFS that allows participants to influence policy and persuade regulators effectively.  
  • Contributed to the practitioner skillset e.g., Being able to sell digital products to clients through improved product knowledge, improved performance such as the processing of micro finance loans more efficiently. 
  • Participants reported an understanding of the DFS landscape such that even those who were not DFS professionals could through courses like the DFI Gender Blindspot course, develop a more strategic and nuanced approach to their work in the sector. 
  • DFI is highly reputable and the alignment with the DFI “brand “was seen to be a positive for the participants as it gives them credibility in the sector.  This was further strengthened through our partnership with Tufts University that meant that our foundational courses are also further certified by an internationally acclaimed university.  
  • A link to networks which are of value to them through the Community of Practice where our students have implemented in country projects and initiatives.  
  • Improved access to additional income through consulting opportunities and professional mobility, with several students reporting they were promoted from their current roles post taking DFI courses 

Using the example of MTN, a former DFI student reported that he was able to be promoted into a new management role as a result of the DFI courses.  

“I use all of what I learnt in my actual workspace by applying them when necessary. And I am making sure that the lessons gathered from all other countries I can apply them in Liberia”. MTN employee

 

At the organizational level, DFI courses are an enabler for organizations.  

Internally, the organizations are working far more efficiently with greater alignment within teams and units.  Former students have reported post DFI courses, that people are pulling in the same direction, which speaks to greater collaboration and alignment across internal teams. In Benin, all MTN Mobile Money employees are required to take the CIDM course. This has created a critical mass of practitioners speaking the same language and in-tune with the same issues. This alignment greatly enables practitioners to implement their organizational strategies. Once team members in organizations begin to speak to each other, the DFI students through their training can give valuable input on the gaps they have now been trained to identify through DFI. This clearly illustrates that those who have taken DFI courses have developed into allrounders that can do a range of tasks successfully. 

From a sector perspective, the impact has been seen in that Digital Finance Services regulators get the perspective of what hinders the technology driven side of the industry and can then create policies that allow for innovation or that loosen existing strict policies that stifle creativity and innovation.  Knowledge received through DFI has led to the development of new systems, processes and products. Where digital transitions needed to be made, DFI has played a major role. MTN provides a good example of this transition led by capacitated practitioners through the DFI. MTN is currently building an e-commerce platform for mobile money users, which draws on lessons from the example of China that was learnt in a DFI course. 

 

At a country level, Uganda has seen the impact of DFI courses not only in transforming the financial sector but also influencing other sectors such as agriculture by removing the barriers to accessing financial services. 

Abaho John Bosco has completed the CIDM and Operationalising Mobile Money courses. Abaho works for the Rkiga Savings and Credit Cooperative (SACCO) in rural southwestern Uganda, an area of small-scale farmers producing potatoes, sorghum, rice, vegetables and beans. The SACCO has 18,239 members, of whom 86% are farmers. For Bosco, the DFI courses “excited” him as they gave him a way of responding to some of the challenges of transforming cash payments to digital payments.

DFI has also played a role in improving the regulatory environment of countries.  Joyce Nambasa of Equity Bank, and Gabriel Kamuge, formerly of Tropical Bank, played a key role in representing their banks on various committees of the Uganda Bankers Association (UBA). Kamuge sat on the Digital Finance Committee of the UBA, which strongly and successfully lobbied the government to adopt agency banking, mobile banking, Sharia banking and banking assurance. In Uganda we have also seen the change of policies because of successful influence from former DFI students.  A mobile money tax approved by parliament was revoked as it did not support financial inclusion as people would not afford to use mobile money anymore. The Digital Financial Association got parliament to cut the tax in half as well as enlighten regulators of the need to consult before introducing policies. 

In Zambia, we have seen that collaboration that comes about because of the communities of practice enables growth and alignment within the sector.  A platform for conversations around DFS which include the regulators, have led to better regulation and ethical considerations that help develop norms and standards around consumer protection and collective action.  Alumni networks and the alumni associations, or even the more ambitious Digital Frontiers Associations, found that developing new digital finance channels and products worked best when done with the cross-sectoral networks.  

 

Highlights from case study’s include:

  • Senior staff of global Non-Profit, Accion, attribute their professional growth in digital finance to DFI courses.  
  • Senior staff members of Bangladesh Bank and DFI alumni lead in forming a digital finance association in Bangladesh to benefit the broader digital finance sector. 
  • Rwanda’s oldest and largest commercial bank, Bank of Kigali’s product development team credit DFIs foundational courses as being instrumental to them developing inclusive mobile apps for marginalized groups as just one of the benefits for taking a DFI course.  
  • Digital Finance practitioners employed by the multi-national, MTN felt that their participation in DFI courses allowed them to apply themselves more efficiently at a strategic and impactful level. This was seen especially in Benin where an e-commerce platform for mobile money was developed by practitioners who took one of DFIs foundational courses. 
  • Regulators in Uganda who are a part of the Digital Finance Association in-country initiative have successfully worked across their different institutions for the common goal of financial inclusion through policies as well as innovative product development.
  • The digital finance landscape in Zambia has seen digital finance practitioners unified and a new crop of professionals is emerging that is committed to being the pioneers in the country.  

***************************************************************************************************************************************************************

Cinq ans d’impact et création d’une profession de la finance digitale inclusive

Au cours des cinq dernières années, Digital Frontiers Institute (DFI) a travaillé dur pour créer une profession de spécialistes de la finance digitale inclusive distincte de la profession bancaire. Nous avons élaboré un solide portefeuille de 22 cours pour les professionnels qui souhaitent se distinguer en tant que Certified Digital Finance Practitioners (CDFP) . Ce portefeuille de cours a été complété par des communautés de pratiques (CdP) qui ont été mises sur pied dans 21 localités. Nous savions que nous faisions quelque chose de bien car nous avons vu notre knowledge bank (banque de connaissances) et nos communautés croître. Mais nous devions mesurer cet impact objectivement, alors nous avons entrepris un projet pour mesurer notre impact en tant qu’institution spécialisée dans le renforcement des capacités.

 Le champ de mesure de notre impact prend en compte les organisations et les personnes à qui nous dispensons nos cours et nous avons donc demandé à nos étudiants de participé à des sondages à la fin de chaque cours. Dans ces sondages, nous leur avons demandé comment ils trouvaient le contenu de nos cours, nos professeurs et nos assistants pédagogiques (coaches) parmi tant d’autres informations précieuses. En plus de sonder les étudiants avant et après la formation, nous avons aussi mandaté chaque année et pendant les trois dernières années, des organismes tiers spécialisés dans le suivi et l’évaluation pour des missions de mesure d’impact de nos cours sur les praticiens, les organisations et même les pays qui suivent nos cours. Ces missions de suivi et d’évaluation comprenaient l’analyse des données d’enquête, des groupes de discussion en personne d’anciens élèves, d’employeurs et d’acteurs sectoriels, et des entretiens individuels à distance. Nous sommes fiers des résultats car ils montrent que nos cours font ce pour quoi ils ont été conçus et même plus.

 Nos découvertes

Dans ces missions de suivi et d’évaluation, les étudiants ont systématiquement donné une note élevée aux cours DFI, citant une meilleure connaissance des services financiers numériques ; une meilleure connaissance  des expériences internationales et des opportunités dans le secteur plus large; une confiance accrue  dans leur capacité à utiliser leurs connaissances pour participer à des conversations et mettre en pratique ce qu’ils ont appris dans sur leurs lieux de travail ou dans les communautés de pratique (CdP).

Grâce à six études de cas sur deux pays et quatre institutions impliquées dans la finance digitale en Afrique, nous avons obtenu des retours de première main sur les indicateurs de succès mentionnés ci-dessus. Les deux études de cas de pays portaient sur la Zambie et l’ Ouganda , tandis que la Banque du Bangladesh , la Banque de Kigali , MTN et  Accion  ont été sélectionnées pour les études de cas des institutions. Toutes les études de cas ont révélé un dénominateur commun concernant la valeur que les institutions et les pays (désignés comme acteurs des services financiers numériques) cherchaient à gagner en s’associant à DFI.

Les acteurs des services financiers numériques cherchaient à évaluer l’inclusion financière dans leurs contextes, c’est-à-dire l’accès et l’utilisation de services financiers de qualité comme un catalyseur des objectifs de développement. Deuxièmement, ils cherchaient à renforcer les capacités des acteurs, c’est -à- dire les professionnels, les régulateurs, les développeurs de produits, etc. dans le secteur des services financiers numériques, ce qui permettrait la transformation et l’innovation pour suivre un secteur de la finance digitale en développement rapide . D’après les résultats de la recherche de M&E, il est évident que DFI a eu un impact positif sur les cinq études de cas. Grâce au renforcement des capacités, DFI a réussi à faciliter et à permettre des services financiers beaucoup plus inclusifs et à permettre une transformation rapide du secteur.

 

Au niveau des praticiens 

 Dans les cinq études de cas, l’impact de DFI a été apprécié par les participants au cours comme suit:

  • DFI contribue aux connaissances des praticiens, -à-d., leur permet de comprendre clairement les complexités et l’évolution du marché des services financiers numériques (SFN) ainsi que les aspects techniques de leur travail. Ceci renforce leur confianceet leurs compétences dans le domaine des services financiers numériques (SFN) et dans un langage spécialisé, qui permet aux participants d’influencer les décideurs politiques et de persuader efficacement les régulateurs.
  • DFI contribue au bagage de compétences du praticien, qui par exemple, est en mesure de vendre des produits numériques aux clients grâce à une meilleure connaissance des produits, à des performances améliorées telles que le traitement plus efficace des prêts de microfinance.
  • Les participants ont évoqué la compréhension de l’écosystème des services financiers numériques (SFN) de telle sorte que même ceux qui n’étaient pas des professionnels des SFN pouvaient, grâce à des cours comme le cours de DFI Gender Blindspot, développer une approche plus stratégique et nuancée de leur travail dans le secteur.
  • DFI jouit d’une bonne réputation et l’alignement avec la « marque» DFI a été perçu comme un avantage pour les participants car elle leur donne de la crédibilité dans le secteur. Cela a été renforcé par notre partenariat avec Tufts University, ce qui signifie que nos cours fondamentauxsont également certifiés par une université de renommée internationale.
  • DFI établit un lien vers des réseaux qui leur sont utiles à travers la communauté de pratique dans laquelle les étudiants ont mis en œuvre des initiatives et projets
  • DFI offre un meilleur accès à des revenus supplémentaires grâce à des opportunités de conseil et à la mobilité professionnelle. Plusieurs étudiants ont déclaré avoir été promus de leurs fonctions actuelles après avoir suivi des cours DFI.

Prenant l’exemple de MTN, un ancien étudiant de DFI a déclaré qu’il avait pu être promu dans un nouveau rôle de gestion à la suite des cours DFI.

« J’utilise tout ce que j’ai appris en les appliquant réellement dans mon travail chaque fois que nécessaire. Et je m’assure que les leçons tirées d’expériences d’autres pays peuvent être appliquées au Libéria». Employé MTN       

Au niveau des organisations,

Les cours DFI sont un catalyseur pour les organisations. En interne, les organisations travaillent beaucoup plus efficacement avec un meilleur alignement au sein des équipes et des unités. D’anciens étudiants ont rapporté après les cours DFI, que les gens convergent vers la même direction, ce qui indique une plus grande collaboration et un meilleur alignement entre les équipes internes. Au Bénin, tous les employés de MTN Mobile Money sont tenus de suivre le cours Certificat en Monnaie Digitale. Cela a créé une masse critique de praticiens parlant le même langage et en phase avec les mêmes problèmes. Cet alignement permet grandement aux praticiens de mettre en œuvre leurs stratégies organisationnelles. Une fois que les membres de l’équipe dans les organisations commencent à se parler, les étudiants de DFI peuvent, grâce à leur formation, apporter une contribution précieuse par rapport aux insuffisances qu’ils ont maintenant appris à identifier grâce à DFI. Cela montre clairement que ceux qui ont suivi des cours DFI ont développé une polyvalence qui leur permet d’accomplir une série de tâches avec succès.

D’un point de vue sectoriel, l’impact a été perçu dans la mesure où les régulateurs des services financiers numériques sont attentifs à ce tout ce qui du point de vue de la technologie entrave l’industrie et peuvent ensuite mettre en place des politiques qui favorisent l’innovation ou qui assouplissent les politiques strictes existantes qui étouffent la créativité et l’innovation. Les connaissances acquises grâce à DFI ont conduit au développement de nouveaux systèmes, processus et produits. Là où des transitions numériques devaient être effectuées, DFI a joué un rôle majeur. MTN fournit un bon exemple de cette transition menée par des praticiens formés à DFI. En effet MTN développe actuellement une plateforme de commerce électronique pour les utilisateurs de Mobile Money, en s’inspirant des leçons sur l’expérience de la Chine qui a été présentée dans un cours DFI.

 

Au niveau national,

L’Ouganda a vu l’impact des cours de DFI non seulement sur la transformation du secteur financier, mais aussi sur d’autres secteurs tels que l’agriculture en levant les obstacles à l’accès aux services financiers.  

Abaho John Bosco a suivi les cours Certificat en Monnaie Digitale et Opérations de Mobile Money. Abaho travaille pour la coopérative d’épargne et de crédit de Rkiga (SACCO) dans le sud-ouest rural de l’Ouganda, une zone de petits agriculteurs produisant des pommes de terre, du sorgho, du riz, des légumes et des haricots. La SACCO compte 18.239 membres, dont 86% sont des agriculteurs. Pour Bosco, les cours DFI l’ont «enthousiasmé» car ils lui ont donné un moyen de répondre à certains des défis de la transformation des paiements en espèces en paiements numériques.

DFI a également joué un rôle dans l’amélioration de l’environnement réglementaire des pays. Joyce Nambasa d’Equity Bank et Gabriel Kamuge, un ancien de Tropical Bank, ont joué un rôle clé en représentant leurs banques au sein de divers comités de l’Association des Banques de l’Ouganda (ABO). Kamuge a siégé au Comité de la finance digitale de l’ABO, qui a fortement et avec succès fait pression sur le gouvernement pour qu’il adopte les services bancaires par agents (agency banking), les services bancaires mobiles (mobile banking), les services bancaires conformes à la Charia (Sharia banking) et l’assurance bancaire. En Ouganda, nous avons également vu le changement de politique en raison d’un lobby réussi d’anciens étudiants de DFI. Une taxe sur le Mobile Money approuvée par le Parlement a été abrogée car elle ne soutenait pas l’inclusion financière, car les gens n’auraient plus les moyens d’utiliser le Mobile Money. La Digital Financial Association a demandé au Parlement de réduire la taxe de moitié et attiré l’attention des régulateurs sur la nécessité de mener des concertations avant d’introduire des règlements.

En Zambie, nous avons vu que la collaboration qui résulte des communautés de pratique permet la croissance et l’alignement au sein du secteur. Une plateforme de discussions autour des services financiers numériques qui inclut les régulateurs, a conduit à une meilleure réglementation et à des considérations éthiques qui aident à développer des normes et standards autour de la protection des consommateurs et de l’action collective. Les réseaux d’anciens élèves et les associations d’anciens élèves, ou même les plus ambitieuses associations Digital Frontiers, ont constaté que le développement de nouveaux canaux et produits de finance numérique fonctionnait mieux grâce à des réseaux multisectoriels.

 

Les points importants tirés des études de cas : 

  • Les cadres supérieurs de l’organisation mondiale à but non lucratif, Accion, attribuent leur ascension professionnelle dans le domaine de la finance digitale aux cours DFI.
  • Les cadres supérieurs de la Bangladesh Bank et les anciens de DFI organisent la formation d’une association de professionnels de finance digitale au Bangladesh pour le bénéfice de l’ensemble du
  • Dans la plus ancienne et la plus grande banque commerciale du Rwanda,  la Bank of Kigali, l’équipe de développement des produits confie que les cours fondamentaux de DFI ont été déterminants dans le développement d’applications mobiles inclusives pour les groupes marginalisés et ceci constitue l’un des avantages à suivre un cours DFI.
  • Les praticiens de la finance numérique employés par la multinationale MTNont estimé que leur participation aux cours DFI leur permettait de contribuer plus efficacement au niveau stratégique et à la production d’impact. Cela a été observé en particulier au Bénin où une plateforme de commerce électronique pour le Mobile Money a été développée par des praticiens qui ont suivi l’un des cours fondamentaux de DFI.
  • Les régulateurs ougandaisqui font partie de l’initiative nationale de la Digital Finance Association ont travaillé avec succès dans leurs différentes institutions pour atteindre l’objectif commun d’inclusion financière par le biais de politiques et de développement de produits innovants.
  • Le paysage de la finance digitale en Zambie a vu les praticiens de la finance digitale s’unir et une nouvelle génération de professionnels est en train d’émerger, déterminée à être les pionniers du pays
Samke Mnguni
Samke Mnguni is Deputy Director at Digital Frontiers with a focus on stakeholder management and fundraising. Her previous work was in the area of impact management where she measured the impact of socio-economic development projects on rural communities. Currently, she is a CDFP student and leads on the Digital Frontiers Digital Health and Entrepreneurship programmes.