fbpx

COVID-19 | Official online Resource and News Portal. For more information, visit www.sacoronavirus.co.za

Migrants and remittances hold steady (even in a global pandemic), but why?/ Les transferts d’argent des migrants se maintiennent (même dans le contexte de la pandémie mondiale). Pourquoi ?

 

Covid-19 has changed our lives around the globe, to a greater or lesser degree. At one end of the spectrum are the many whose daily routines and plans have been disrupted over the past year and a half. At the other extreme are those who have lost close family members and friends, suffered serious health crises, or seen their incomes severely reduced or eliminated. Economic migrants, who are living through this pandemic far from home, have, of course, been affected in all these diverse ways. Yet, specific impacts that were initially anticipated – that the pandemic would trigger a dramatic decline in remittances and spur a shift to digital transfers – have not yet been evidenced. While it is yet early days, what we have seen so far is an overall steadiness and consistency in migrant remittances – both in terms of the volume of remittance flows and the general preference for sending and receiving transfers in cash. Early in the pandemic, we anticipated the sharpest decline in remittances in recent history, with forecasts of global decreases as high of 20%[1]. Yet, in 2020, remittances not only did not drop as predicted, in some regions, like Latin America and South Asia, they significantly increased. Across the world, migrants have continued to send money home.

At any time, estimating the volume of remittances is complex. Compounding the difficulty of estimating and locating the migrant population is the fact that most remittance transfers originate outside the banking system. Data used for these estimations frequently come from remittance-receiving countries’ national balance of payments and, over recent years, international organizations have worked to standardize definitions and improve estimates through work with central banks. Despite progress, there remains some lack of clarity around the definition and methodology used in each country to estimate remittance flows. Central banks routinely collect information from regulated financial institutions but gathering data on transfers by check or money order, transfers transported in cash, or electronic transfers managed by specialized, unsupervised companies is complex. In addition, few central banks collect and publish information by corridor and information at the subnational level is scarce. Taken together, the lack of clarity and scarcity of data can make it hard to produce reliable global forecasts. So far, it seems that remittance flows have remained quite steady throughout this period of stress, a phenomenon also observed in the 2008 crisis. Why and how can this be the case? Improving data on remittance flows, including subnational corridors, will continue to help us see remittances more clearly at the global level.

And what of digital remittances, which have long held the promise of reduced costs to consumers? Although 2020 saw some movement towards digital in the remittance market, it also seems to have also underlined the preference of most consumers for cash-based transfers. Transferring remittances in cash significantly increases costs, since it necessitates the maintenance of agent networks in both sending and receiving countries, but in most corridors, it remains the majority method of transfer. Even in the current context, with lockdown measures in place and campaigns discouraging social interactions and the use of cash, agent transfers remain the preferred method. Western Union, which has been offering digitally originated transfers for more than 20 years, saw digital transfers increase from 15% of operations in December 2019 to 20% in December 2020. This may be impressive growth and the fastest increase that the company has ever experienced, but it still must be observed that, even in the conditions brought on by the global pandemic, 80% of customers continued to send remittances in cash, through agents[2]. On the receiving side, although receipt of remittance payments to bank and e-money accounts has increased, most recipients still prefer to collect transfers in cash. Why do most remittance senders (and receivers) prefer cash, even when it costs more? Any initiative to promote “digitizing remittances” or reduce transfer costs must ask that question. Here, we have frequently looked to financial education to encourage consumers to change their preferences, but we should consider that the way in which many of migrants receive their income (often cash and checks) and low levels of banking in receiving countries are related to why a preference for cash persists.

Economic migrants and the remittances they send home have been the subject of study and debate for some decades and now form part of the international development agenda and Sustainable Development Goals, and yet there is much that we do not know or understand. If the goal is to facilitate remittance transfers, making them easier and cheaper around the world, we will need to learn still more and to understand from migrants how best to facilitate this transformation.

 

[1] The World Bank, “World Bank Predicts Sharpest Decline of Remittances in Recent History,” press release, April 22, 2020.

[2] SEC 10-K Form, Western Union, February 2021.

***********************************************************************************************************************************************************

Les transferts d’argent des migrants se maintiennent (même dans le contexte de la pandémie mondiale). Pourquoi ? Il y a encore beaucoup à apprendre.

Le Covid-19 a changé nos vies partout dans le monde, à un degré plus ou moins important. À une extrémité du spectre se trouvent les nombreuses personnes dont la routine et les projets quotidiens ont été perturbés au cours de la dernière année et demie. À l’autre extrême, il y a ceux qui ont perdu des membres de leur famille et des amis proches, qui ont souffert de graves troubles de santé ou qui ont vu leurs revenus sévèrement réduits ou supprimés. Les migrants économiques, qui vivent cette pandémie loin de chez eux, ont bien sûr été touchés de toutes ces façons. Pourtant, les effets spécifiques initialement prévus – à savoir que la pandémie déclencherait une baisse spectaculaire des envois de fonds et encouragerait le passage aux transferts d’argent digitaux – ne se sont pas encore manifestés. Bien qu’il soit encore tôt, ce que nous avons constaté jusqu’à présent, c’est une stabilité et une cohérence générales dans les transferts de fonds des migrants – tant en termes de volume que de préférence générale pour l’envoi et la réception de transferts en espèces. Au début de la pandémie, nous avons anticipé la plus forte baisse des envois de fonds de l’histoire récente, avec des prévisions de baisse globale pouvant atteindre 20 %. Pourtant, en 2020, non seulement les envois de fonds n’ont pas diminué comme prévu, mais dans certaines régions, comme l’Amérique latine et l’Asie du Sud, ils ont considérablement augmenté. Partout dans le monde, les migrants ont continué à envoyer de l’argent chez eux.

À tout moment, l’estimation du volume des transferts de fonds est complexe. La difficulté d’estimer et de localiser la population migrante est encore accrue par le fait que la plupart des transferts de fonds proviennent de l’extérieur du système bancaire. Les données utilisées pour ces estimations proviennent souvent de la balance nationale des paiements des pays recevant les transferts de fonds et, ces dernières années, les organisations internationales se sont efforcées de normaliser les définitions et d’améliorer les estimations en travaillant avec les banques centrales. Malgré les progrès réalisés, il subsiste un certain manque de clarté quant à la définition et à la méthodologie utilisées dans chaque pays pour estimer les flux de transferts de fonds. Les banques centrales collectent régulièrement des informations auprès des institutions financières réglementées, mais il est complexe de recueillir des données sur les transferts par chèque ou mandat, les transferts effectués en espèces ou les transferts électroniques gérés par des sociétés spécialisées et non supervisées. En outre, peu de banques centrales collectent et publient des informations par corridor et les informations au niveau infranational sont rares. Ensemble, le manque de clarté et la rareté des données peuvent rendre difficile l’élaboration de prévisions mondiales fiables. Jusqu’à présent, il semble que les flux de transferts de fonds soient restés assez stables tout au long de cette période de stress, un phénomène également observé lors de la crise de 2008. Pourquoi et comment cela peut-il être le cas ? L’amélioration des données sur les flux de transferts de fonds, y compris les couloirs infranationaux, continuera à nous aider à voir plus clairement les transferts de fonds au niveau mondial.

Et qu’en est-il des transferts de fonds digitaux, qui promettent depuis longtemps une réduction des coûts pour les consommateurs ? Bien que l’année 2020 ait vu un certain mouvement vers le numérique sur le marché des transferts de fonds, elle semble également avoir souligné la préférence de la plupart des consommateurs pour les transferts en espèces. Le transfert de fonds en espèces augmente considérablement les coûts, car il nécessite le maintien de réseaux d’agents dans les pays d’origine et de destination, mais dans la plupart des corridors, il reste la méthode de transfert majoritaire. Même dans le contexte actuel, avec les mesures de confinement mises en place et les campagnes décourageant les interactions sociales et l’utilisation d’espèces, les transferts par agent restent la méthode préférée. Western Union, qui propose des transferts digitaux depuis plus de 20 ans, a vu ces transferts passer de 15 % des opérations en décembre 2019 à 20 % en décembre 2020. Il s’agit peut-être d’une croissance impressionnante et de l’augmentation la plus rapide que l’entreprise ait jamais connue, mais il faut tout de même observer que, même dans les conditions induites par la pandémie mondiale, 80 % des clients ont continué à envoyer des fonds en espèces, par l’intermédiaire d’agents. Du côté des destinataires, bien que la réception de transferts de fonds sur des comptes bancaires et de monnaie électronique ait augmenté, la plupart d’entre eux préfèrent encore percevoir les transferts en espèces. Pourquoi la plupart des expéditeurs (et des destinataires) de fonds préfèrent-ils l’argent liquide, même s’il coûte plus cher ? Toute initiative visant à promouvoir la “digitalisation des transferts de fonds” ou à réduire les coûts de transfert doit poser cette question. Dans ce domaine, nous nous sommes souvent tournés vers l’éducation financière pour encourager les consommateurs à changer leurs préférences, mais nous devrions considérer que la manière dont de nombreux migrants reçoivent leurs revenus (souvent en espèces et par chèques) et les faibles niveaux de services bancaires dans les pays d’accueil sont liés à la raison pour laquelle la préférence pour l’argent liquide persiste.

Les migrants économiques et les transferts de fonds qu’ils envoient dans leur pays d’origine font l’objet d’études et de débats depuis plusieurs décennies et font désormais partie du programme de développement international et des objectifs de développement durable. Si l’objectif est de faciliter les transferts de fonds, en les rendant plus faciles et moins coûteux dans le monde entier, nous n’aurons pas les moyens d’y parvenir.

Xavier Martin
Xavier has more than fifteen years of experience in project management, business strategy, and financial analysis for development and finance organizations across multiple sectors. Track record of delivering high-quality products, creative problem-solving and client orientation in diverse workplaces in more than a 15 countries in Latin America, Asia, Africa, and the Middle East. He is a consultant for DFI and is involved in the development and teaching of courses.